Homélie du 1er Dimanche du carême année B

L’arc-en- ciel

Le récit de la tentation au désert est beaucoup plus laconique chez Marc que chez les autres évangélistes. L’expérience singulière que Jésus vit au désert, Marc renonce à la décrire. Il ne dit rien sur les trois tentations. Et pourtant il dira quelque chose d’essentiel : « Il vivait parmi les bêtes sauvages et les anges le servaient. » Que signifie cette rencontre avec les bêtes sauvages sinon un retour au paradis originel où l’homme vivait en harmonie avec la totalité de la création. Dès le désert, Jésus ne vivait –il pas dans cette harmonie ?

C’est, bien sûr, une réminiscence d’Isaïe au chapitre XI où le loup vit en bonne intelligence avec l’agneau, le lion et le bœuf partagent la même mangeoire. C’est l’harmonie retrouvée ! Isaac le syrien
dira avec justesse : « Quand l’homme d’humilité s’approche des bêtes sauvages, à peine l’ont elles considéré, que leur nature féroce se dompte : elles s’avancent vers lui comme vers leur maître, baissant la tête, léchant ses mains et ses pieds, car elles sentent, émanant de lui, le même parfum que celui d’Adam avant la chute. »(Sentence 84)

Ce merveilleux texte nous aide à comprendre ce qui s’est passé au désert. Jésus l’Homme totalement en harmonie avec son Père et avec toute la création est poussé par l’Esprit à vivre quarante jours au désert pour se préparer à sa mission. Plus la mission est grande, plus l’Adversaire sera présent. Il le sera surtout au début et à la fin. Et il y a vraiment un contraste entre l’homme d’humilité, reconnu par les bêtes sauvages, qui sentent le parfum du ciel et l’Adversaire qui veut barrer la route aux forces vives, à Celui qui dira plus tard : « Je suis la Vie » L’Adversaire ne peut accepter cette rencontre entre les anges et les bêtes, l’harmonie entre le bestial et l’angélique.

Il n’est pas d’œuvre plus difficile à réaliser dans nos vies que cette harmonie entre le bestial et l’angélique. Jésus peut parler de Bonne Nouvelle parce qu’il a réalisé cette harmonie malgré le Tentateur, le Diviseur. Je vais me risquer à une lecture de cet événement afin qu’il ne reste pas une belle histoire sans impact sur nos vies. Ces animaux sont-ils simplement ceux de la nature, du zoo ? Ne sont-ils pas des symboles de l’âme humaine ? N’y a-t-il pas en moi un côté animal, bestial, un lion dévorant, un loup dans la cave ? Oh, je sais que l’éducation m’a appris à faire bonne figure, à montrer « un visage séduisant . »(Ps 54 22) Je sais également que les moralistes nous exhortent, pathétiquement, à poursuivre le combat contre l’animal en l’homme, à le pourchasser et même l’écraser à la façon de Saint Michel terrassant le dragon !

Mais avant de combattre, ne faut-il pas reconnaître ? Oui c’est moi ! J’ai un locataire dans ma cave un peu remuant, des pulsions d’un monde chaotique et ténébreux. A ce propos, j’ai été très impressionné par la rencontre d’un homme qui avait des tendances pédophiles. Il n’arrivait pas à reconnaître les actes graves qui lui étaient reprochés, tant il était empêché de voir son côté bestial et dévorant. C’est pourtant une terrible violence que d’attaquer un enfant !

Sans aller aussi loin, il nous faut reconnaître que tous nos actes ne sont jamais totalement purs et angéliques. Même dans l’amour, que nous croyons le plus désintéressé, il y a un secret désir de posséder, de s’approprier et même parfois de détruire. N’ayons pas peur de reconnaître le côté bestial de notre personnalité, car c’est à cette condition que nous pourrons, avec la grâce de Dieu, mieux le dompter et nous laisser davantage rejoindre par les côtés plus angéliques de notre être.

La Genèse nous a dit « que l’arc-en-ciel paraîtra au milieu des nuages. »(9 14) Il faut toujours traverser les nuages de la vie pour découvrir toutes les harmoniques de la beauté ; les couleurs du ciel et de la terre. Ce n’est qu’après la tempête que Dieu fait alliance avec Noé. Ce n’est qu’après 40 jours de tentation que Jésus retrouve l’Alliance entre les anges et les bêtes sauvages. Après ce combat au désert, la vie de Jésus est devenue arc-en-ciel pour nous. Elle nous dévoile la beauté du message, la bonne nouvelle de la nature restaurée, et les harmoniques d’une vie pleine, féconde, risquée.

Que cet arc-en-ciel vous recouvre de son manteau de lumière !

micro

Les franciscains de la chapelle des buis

COPYRIGHT

Le contenu de ce site, sauf mention contraire particulière, est sous licence CC-BY-SA 3.0. Cela signifie que vous pouvez réemprunter du contenu de ce site, sous condition que la publication comporte la mention de l’auteur et respecte la même condition de partage.

Contact

ADDRESSE

89, chemin de la Chapelle des Buis, 25000 Besançon.

CONTACT

franciscainsdesbuis@gmail.com
Téléphone: (+33)03 81 81 33 25

 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Connexion