Homélie du dimanche 20 mars 2022 – 3ème dimanche du Carême – Année C

Le buisson ardent

Ce passage du buisson ardent dans l’Exode est considéré par beaucoup comme le texte central de l’Ancien Testament. C’est une page capitale pour la foi juive et chrétienne. En effet, dans ce récit magnifique, Dieu se révèle en même temps le Tout Autre  et le tout Proche. Le Tout Autre qu’on ne peut approcher qu’avec crainte et respect. Et  le Tout Proche qui  se penche sur la misère de son peuple et suscite un libérateur.

Si ce texte est central, c’est par la nouveauté qu’il apporte sur Dieu qui cesse d’être le Dieu anonyme du sacré, celui que l’on vénère et redoute. Il cesse d’être le Dieu archaïque que l’on craint. Il se fait reconnaître comme quelqu’un qui a un Nom, que l’on  peut interpeller, avec qui le dialogue est possible. Sa présence doit désormais être cherchée dans l’aventure de l’homme, dans son histoire quotidienne 

Mais regardons de plus près ce texte merveilleux qui a enchanté des générations de croyants.  D’abord c’est dans la vie quotidienne que Moïse fait l’expérience du Tout Autre. Après avoir tué l’Egyptien qui opprimait les Hébreux, il est obligé de s’exiler et de garder le troupeau de son beau père Jéthro. Et c’est dans la montagne, le lieu par excellence des théophanies, qu l’ange lui apparaît au milieu d’un buisson en feu qui ne se consume pas.

Le feu est un des grands symboles des toutes les religions, il exprime la puissance ardente de vie sous toutes ses formes depuis la brûlure mystique jusqu’à la passion la plus sauvage. Ici c’est l’agapè, l’amour, ce feu ardent qui brûle au cœur des mystiques. Comment ne pas penser à la fameuse nuit de Pascal qui fera l’expérience d’une présence vivante, brûlante au cœur de la nuit. Il se rappellera le buisson ardent et écrira en rouge au milieu de son parchemin “Feu”. Et, comme Frère Léon, il conservera jusqu’à la mort le parchemin dans son vêtement. 

Moïse, lui est intrigué par ce buisson qui ne se consume pas, il est avide de voir et fait un détour pour venir regarder. C’est parfois au détour de nos vies que le Seigneur nous parle : un échec retentissent, le deuil d’un être cher, une crise profonde de foi, la brisure d’une relation affective…. Se produit alors une véritable « dé-route », mais il arrive que celle-ci sous l’effet de la grâce, se transforme en détour permettant une vision beaucoup plus ajustée du monde et de Dieu.

« Moïse, Moïse…N’approche pas d’ici ! Retire tes sandales, car le lieu que foulent tes pieds est une terre sainte ! »  Bien sûr que Moïse doit enlever ses sandales car la terre est sainte, mais aussi parce que l’oreille n’est apte à entendre ce qui est sublime que si les pieds sont bien sur terre et même dans la poussière. Ainsi, on n’est capable d’entendre en vérité le Nom de Yahvé q’en gardant les pieds au contact du sol. Alors on ouvre les yeux, en compagnie de Dieu, sur les aliénations et les conflits de ce monde.

 Le récit va même plus loin, car avant de prononcer son Nom, « Je suis qui je suis ». Dieu décrit à Moïse la détresse des Hébreux : « J’ai vu, oui j’ai vu la misère de mon peuple en Egypte, et je l’ai entendu crier sous les coups des chefs de corvée ». Comme c’est actuel dans le monde d’aujourd’hui avec ce qui se passe en Ukraine et dans tant d’autres pays du monde. ! Avec notre Pape François, unissons-nous à la prière pour la paix, pour que l’Esprit d’amour puisse parvenir à toucher les cœurs les plus endurcis !

Le Nom de Yahvé provoque la compassion et la miséricorde, mais aussi une mission de libération : « Et maintenant va ! auprès de Pharaon, libérer mon peuple ».  Cette parole « Va »  provoque la panique. Moïse dira : « Qui suis-je pour aller vers Pharaon ? » Et Dieu lui répondra : « Je serai avec toi » (V. 11 et 12)  Face à une mission on découvre toujours d’abord sa fragilité et sa pauvreté. Mais faire l’expérience d’une autre force qui nous traverse, d’une autre parole que la nôtre c’est entrer dans une vraie vie spirituelle qui est toujours faite d’appel et d’envoi.

N’aie pas peur je serai toujours avec toi !

Peut être une image de feu et plein air

Les franciscains de la chapelle des buis

COPYRIGHT

Le contenu de ce site, sauf mention contraire particulière, est sous licence CC-BY-SA 3.0. Cela signifie que vous pouvez réemprunter du contenu de ce site, sous condition que la publication comporte la mention de l’auteur et respecte la même condition de partage.

Contact

ADDRESSE

89, chemin de la Chapelle des Buis, 25000 Besançon.

CONTACT

franciscainsdesbuis@gmail.com
Téléphone: (+33)03 81 81 33 25

 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Connexion