Homélie du mercredi 4 octobre 2023, Fête de St François

Contempler la Croix

Comment ne pas être heureux en cette fête de la Saint Francois. C’est toute la famille franciscaine qui se réunit aujourd’hui pour rendre grâce pour la fécondité du message que nous a laissé François d’Assise.

Personnellement, je suis heureux de vous partager ces quelques réflexions que m’inspirent les textes du jour et l’héritage de notre frère Francois.

Dans l’Evangile, Jésus nous dit : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous procurerai le repos ». Ce fardeau me renvoie à la croix, à nos propres croix, à la croix de tous nos frères et sœurs qui se recommandent à notre prière ou que nous côtoyons sur nos chemins d’humanité. Du jour au lendemain notre vie peut basculer, le poids de l’injustice peut venir frapper à notre porte, nous éloigner de Dieu. Une question est alors venue à mon esprit. Je vous la partage : « Pourquoi la croix ? ».

Vous me répondrez qu’il fallait que le Christ passe par la croix pour que nous soyons sauvés.

Mais, quand je regarde autour de moi, du plus profond de mon cœur, il me semble qu’il y a des chemins recouverts de velours où tout baigne pour certaines personnes. Elles sont heureuses, me semble-t-il.

Et puis, il y a d’autres chemins parsemés de ronces et d’épines où nous rencontrons tant de blessés de la vie, tant de personnes écorchées, malaimées, maltraitées.

Alors pourquoi ? Oui, pourquoi, où est donc Dieu face à la souffrance du monde ?

Et quand nous entendons St Paul dire aux Galates « Que la croix du Seigneur Jésus- Christ reste notre seul orgueil» qu’est-ce que cela signifie ?

François ne va pas nous nous donner de réponse sur le sens de la souffrance ni même l’expliquer mais il va nous ouvrir un chemin, celui qu’il a lui-même découvert. Ainsi, après avoir contemplé le crucifix dans la petite chapelle de St Damien, il va être retourné au plus profond de lui-même, prenant conscience que la croix est le chemin vécu par le Christ pour nous révéler l’Amour infini et miséricordieux du Père. Cette découverte le conduira, quelque temps plus tard, à se laisser recouvrir par le manteau de la miséricorde ce qui lui donnera de devenir lui-même vrai témoin de la miséricorde qui vient de Dieu.

Progressivement, François va mettre ses pas dans ceux de Jésus, vivant les paroles de l’Évangile et agissant selon elles dans sa vie quotidienne. En contemplant la croix,  en la laissant pleinement rentrer dans son cœur, il va être marqué jusque dans son corps, au point que les stigmates dans sa chair seront comme le signe de l’adhésion de sa vie à celle de Jésus.

La Croix va également l’ouvrir sur le soleil de la résurrection. Porté par la puissance de cet Amour qui le dépasse, François ira même aller jusqu’à chanter dans son cantique. « Loué-sois-tu mon Seigneur, pour notre sœur, la mort corporelle…. » transformant ainsi ce qui aurait pu être sa propre croix en chant de louange.

Oui, seul l’Amour peut nous aider à porter nos fardeaux qui sont si lourds quand on est seul. C’est cet Amour qui a transformé notre frère Francois devenu, au fil de son cheminement, capable de faire chanter le monde par des actes de partage envers ses frères en Christ et en humanité.

Alors à quelle espérance sommes-nous appelées par la croix et le témoignage de François ?

En passant d’un regard humain sur les souffrances du Christ à ce chemin d’Espérance qui nous conduit vers cet Amour révélé par le Christ, François va alors comprendre et nous fait comprendre que Celui qu’il a rencontré est présent dans chaque geste d’Amour, de Fraternité, de Solidarité, de Bonté, de Bienveillance témoigné et partagé au fil de nos cheminements humains comme autant de baisers aux lépreux, de gestes de paix, d’accueil fraternel, de respect et de non-jugement, de mains tendues, de regards de confiance tout particulièrement envers les plus pauvres.

Seigneur merci d’être à nos côtés.  Apprend nous, à la manière de François, à regarder l’autre, mon frère, ma sœur, tel qu’il est, telle qu’elle est, à les respecter, à les aimer

« Oui, Seigneur, fais de moi, un instrument de ta paix rayonnant de ton Amour »

Frère Christian Brailly

Connexion