ebout Jérusalem, resplendis. Elle est venue ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi !>

ebout Jérusalem, resplendis. Elle est venue ta lumière,  et la gloire du Seigneur s'est levée sur toi !>

Fête de l’Épiphanie

Crypte Notre Dame de la Libération – Besançon

Isaïe 60, 1-6 ; Psaume 71 ; Éphésiens 3, 2-3a.-6 ; Matthieu 2, 1-12

Il est clair que cette phrase, de la part du prophète Isaïe, est un message d’espérance. Cette lumière resplendissante n’est pas l’étoile de Bethléem comme nous pouvons le penser. Cette lumière resplendissante est le nouveau-né de la crèche. Et, plus tard les évangiles nous diront qu’il est le chemin, la vérité et la vie. Dès la naissance de Jésus on nous signale la venue de personnages parfois mystérieux. Ils se manifestent pour signifier sa présence : les anges. Et, encore pour venir jusqu’à lui : les bergers et des mages venus d’Orient, que nous célébrons en ce jour. Que font tous ses personnages autour de la crèche ? Ils viennent pour « adorer ». Et, nous pouvons retenir le mot « adoration » et offrir des présents, nous pouvons ici retenir le mot « offrande ». Et les anges rendent gloire à Dieu par leur chant. Gloria que nous reprenons à chaque eucharistie.

Vous avez dit des « mages ?»  Mais qui sont-ils ? Personne ne peut le dire jusqu’aujourd’hui . Quel était leur nombre ? Les présents offerts ont fait penser qu’ils étaient trois ? D’où viennent-ils ? Le récit nous dit d’Orient sans aucune autre précision. D’où des interprétations libres qu’on a pu faire au cours des siècles. Il nous faut donc aller chercher (à la loupe) le message que veut nous donner ce récit. Une manifestation nous dit l’Église, avec diverses dimensions :

– un lien entre le ciel et la terre signifié par le chant des anges

– la venue à la crèche des petits par la présence des bergers

– la visite du nouveau-né par des étrangers qui symbolise l’ouverture du Salut à l’universel :

« les nations marcheront vers ta lumière, et les rois vers la clarté de ton aurore. »

Un ère nouveau, une période nouvelle et heureuse est advenue. Un mystère que Paul affirme avoir connu par révélation: «  Voici que les nations païennes sont associées au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’évangile » un mystère révélé qui bouleverse Paul , qui , comme les autres juifs de son époque croyait que seuls les fils d’Abraham et de Moïse pouvaient bénéficier des dons de Salut donnés par la Loi .

Par et dans la Christ, le Salut de Dieu est désormais offert à toute l’humanité. Tel est la bonne nouvelle que nous célébrons autour de cette fête de l’Épiphanie, relue à partir du mystère de la Pâques du Seigneur.

Il y a un quatrième mot qui revient souvent dans l’ensemble de ces textes que nous venons d’entendre. C’est celui de la joie : «  Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une grande joie ! » Cette même joie est manifesté par les anges et par les bergers. Joie d’un moment à travers le regard posé sur le Jésus de la crèche, joie de toujours dans l’expérience vécue du Seigneur ressuscité. Il faut que ma joie soit en vous dit Jésus à ses disciples et que cette joie soit parfaite ! » Nous avons donc raison de nous réjouir de la joie de Dieu en ces temps de fêtes.

Que nous reste-t-il à faire aujourd’hui pour actualiser la visite de ces mages? Lorsqu’ils arrivèrent à la crèche, ils adorèrent l’enfant et lui offrirent ce qu’ils avaient de plus précieux : l’or de sa royauté, l’encens de sa divinité et la myrrhe pour sa sépulture. Qu’as-tu donc de précieux à offrir au Seigneur? L’or de ton cœur qui cherche à aimer, l’encens de tes prières qui se veulent adoration, la myrrhe de tes combats contre péché pour naître à la vie de Dieu.

Et, au cœur de cette réalité renouvelée, impliquant tes bonnes résolutions pour cette année nouvelle, tu deviendras disciple de la tendresse de Dieu pour tes proches et pour le monde.

Partager sur

Frère franciscain de la province de France-Belgique, originaire de l’île Maurice. Il est le responsable du service de relation avec les musulmans dans le diocèse de Besançon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.