HOMÉLIE DE PÂQUES 2019 | ANNÉE C

HOMÉLIE DE PÂQUES 2019 | ANNÉE C

HOMÉLIE DE PÂQUES 2019: ANNÉE C

Ac 10, 34a.37-43) Ps 117 (118), 1.2, 16-17, 22-23/ Co 5, 6b-8 / Lc 24, 13-35)

 

« Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !

Éternel est son amour !

Oui, que le dise Israël :

Éternel est son amour ! »

Pourquoi le psalmiste nous invite-t-il à l’action de grâce: Peut- être parce qu’un évènement important est survenu dans notre vie.

Pierre le résume bien à son arrivée à Césarée dans les actes des apôtres, dans la première lecture: « Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée,après le baptême proclamé par Jean : Jésus de Nazareth… » cet Homme oint de Dieu…

Et là, il décrit ce que jésus a accompli pendant de son ministère public. Partout où il passait, il faisait du bien: il guérissait les malades, délivrait ceux qui étaient sous le pouvoir du démon. Et malgré tout le bien qu’il a fait, les puissants de ce monde, à cause de la peur et de la jalousie, l’ont livré à une mort infâme. Mais rassurez-vous, leur dit pierre, il est ressuscité comme il l’avait annoncé le troisième jour, nous en somme témoins.

Et c’est ce Jésus ressuscité qui nous envoie témoigner que désormais Dieu l’a établi juge des vivants et des morts. Désormais, « Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés. ».

Mes frères et mes sœurs voilà la source de notre joie aujourd’hui: « Jésus-Christ est ressuscité d’entre les morts et il est assis désormais à la droite de Dieu et participe à sa Gloire. Il fait de tous les croyants, de tous ceux qui croient en lui, un peuple nouveau qui s’est lavé et purifié dans le sang de l’agneau, de ses vieux ferments pour devenir une pâte nouvelle, le pain de pâques « celui qui n’a pas fermenté ».

Si nous sommes vraiment le pain de pâques, le peuple nouveau c’est bien parce que le Christ s’est sacrifié pour nous et nous a débarrassé de nos vieux ferments (la perversité, le vice…) pour faire de nous, du pain non fermenté « celui de la droiture et de la vérité. ».

L’actualité de ces derniers jours à Paris cadre bien avec le mystère que nous célébrons. Nous avons vécu durement l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre Dame et je me rappelle des deux signes que j’ai senti que le ciel nous envoyait en ce moment.

D’abord l’appelle téléphonique que j’ai reçu ce jour d’une fidèle des buis pour voulait m’informer que la cathédrale brulait, m’invitant à regarder les informations à la télé. Je ressentais la tristesse et le désarroi qui l’animait et que je percevais à travers sa voix. Les disciples d’Emmaus ont vécu aussi cette descente au enfer (si je peux m’autoriser ce terme). La déception, le doute et la tristesse les animaient. C’est aussi notre état dame aujourd’hui devant cette Église bousculée de tout côté et qui chancèle et qui risque de s’écrouler tant le feu qui la dévore de l’intérieur est si grande. Ces disciples d’Emmaus ne savait plus sur qui s’appuyer. Le Messie qu’il croyait avoir trouvé, voilà que celui-là venait d’être tué. Quelle tristesse, quelle désolation. Ils en avaient jusqu’aux larmes, les empêchant de reconnaître dans le visage de cet homme rencontré sur le chemin, le Christ qui venait à eux.

Ensuite ce fut un message reçu d’un de nos voisins et ami, je me permets de vous le partager: « je voudrais te donner mon sentiment au sujet de Notre Dame. Elle s’est sacrifiée pour nous réconcilier. À l’heure où l’on attendait le président, c’est elle qui nous a parlé…quelle tristesse mais quelle espérance. »

Voilà ce qu’on appelle une parole de prophétie et cette prophétie se réalise aujourd’hui mes frères et mes sœurs. Le sacrifice du Christ n’a pas été vain. Il s’est sacrifié pour nous réconcilier avec nous même et avec Dieu. Et c’est encore le Christ qui le premier rend témoignage à cette parole d’espérance. À travers les écritures, nous dit l’évangéliste Luc, il « leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait. »; Ce que Moïse et les prophètes ont dit sur lui et qui se réalise aujourd’hui devant leurs yeux.

Mes très chers frères et sœurs, nous avons là, le sujet de notre Joie. Christ est ressuscité, oui il est vraiment ressuscité; qu’exulte la terre et que les hommes et toutes les créatures l’acclament car c’est lui notre Sauveur, notre Rédempteur. En lui nous avons le Salut la vie éternelle.

Bonne fête de Pâques dans la paix et la joie du Christ ressuscité.

Partager sur

Je suis originaire du Togo et franciscain. En communauté j’ai la charge de l’animation des jeunes et de la communication. Je suis aumônier des gens du voyage dans le diocèse de Besançon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.