Homélie du 3ème dimanche du T.O. année A

micro

Homélie du 3ème dimanche du T.O. année A

Ce dimanche 26 janvier partout dans l’Eglise catholique, on célèbre le dimanche de la Parole de Dieu. C’est le 30 septembre dernier que le pape François en publiant la lettre apostolique » Aperuit Illis. » sous forme de décret, à demander que chaque troisième dimanche du temps ordinaire soit institué et célébré le dimanche de la Parole de Dieu.

Nous pouvons nous poser la question de la nécessité d’instituer un autre dimanche particulier dans le calendrier liturgique déjà surchargé par tant d’évènements.
En réalité, la parole de Dieu doit être au centre de la vie de foi d’un chrétien. La célébration d’un dimanche consacré à faire la promotion de la parole de Dieu doit permettre :

«par-dessus tout de faire revivre à l’Église le geste du Ressuscité qui ouvre également pour nous le trésor de sa Parole afin que nous puissions être dans le monde des annonciateurs de cette richesse inépuisable», nous dit le pape François.

D’où la nécessité pour nous d’éclaircir cette notion « de parole de Dieu » qui n’est pas aussi évidente que ça. Il faut signaler qu’ils existe deux approches radicalement différentes de cette notion.
La première voudrait restreindre la parole de Dieu aux seules Ecritures Saintes.et rejoint ainsi le principe de la « Sola scriptura »porté par les réformés.

La seconde, celle que nous enseigne le Magistère de l’Eglise propose une vision plus globale partant du fait que la parole de Dieu n’est pas d’abord un écrit mais une vérité personnelle à l’exemple de Jésus Christ qui est la Parole vivante de Dieu. Donc la Parole de Dieu existait avant les Ecrits puisque le Verbe qui s’est fait chair était auprès de Dieu au commencement et qu’il était Dieu.
On peut dire dans ce sens que la parole de Dieu se présenterait sous trois dimensions: une dimension biblique, une dimension cosmique qui met Dieu à l’origine de la création et une dimension christologie qui par l’action de l’Esprit saint se donne à l’Eglise. voilà ce que nous sommes appelés à mettre en avant dans nos célébrations de ce dimanche, et les lectures qui nous sont proposées nous y aident.
Comme avec les disciples d’Emmaüs, Jésus s’invite sur la scène publique après le décès de jean le baptiste pour apporter « la lumière à ceux qui marchaient dans les ténèbres ». Il choisit de commencer sa mission dans les périphéries, dans la Galilée des nations , Capharnaüm, ville cosmopolite où vivent des gens de tous les milieux : commerçant, paysans, pêcheurs…il choisit de commencer sa mission chez les plus pauvres, chez ceux qui étaient considérés comme ignorants et méprisés par les chefs religieux de Jérusalem. A ceux-là premièrement , il choisit de livrer la primeur de son message: « convertissez-vous, le royaume de Dieu est là ». On retrouve là la particularité de la foi chrétienne qui met Jésus au coeur de nos épreuves et de la mort.

Parmi ces parias de la société, Jésus se choisit douze disciples qu’il va former à la compréhension des écritures pour qu’il le transmettent plus tard à leur frère.
La parole de Dieu n’est pas une oeuvre humaine, elle ne vient pas des hommes, ils n’en sont que des porteurs et des messagers. Saint Paul ne supportera pas les rivalités et divisions au sein des chrétiens de Corinthe, qui, après avoir écouté la parole de Dieu annoncée par Pierre, Appolos, et par lui-même vont se déchirer dans des querelles où chacun se réclamant soit d’un apôtre ou soit du Christ, au lieu de mettre leur foi et leur espérance en Christ, le verbe de Dieu et Dieu Lui même.
Et pourtant l’Ecriture Sainte nous enseigne que le Christ est l’objet de notre foi et saint Jerôme dira
«Ignorer les Écritures, c’est ignorer le Christ»

Mes chers frères et soeurs, L’objectif de la célébration de ce « dimanche de la Parole de Dieu » est de nous faire aimer davantage la révélation de Dieu et de nous aider à la mettre en pratique. Que par la grâce du Saint-Esprit, la parole de Dieu, s’invite dans nos habitudes quotidiennes et modèle notre vie sur celle du Christ.

Partager sur

Je suis originaire du Togo et franciscain. En communauté j’ai la charge de l’animation des jeunes et de la communication. Je suis aumônier des gens du voyage dans le diocèse de Besançon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.