Homélie en la fête de saint François d’Assise

micro

Homélie en la fête de saint François d’Assise

« Laudato SI’ »
(Saint François 4 Octobre 2020)

Mais qu’avait ce « sordide mendiant »( Renan) pour avoir un tel rayonnement dans l’histoire ? Qu’avait ce petit pauvre pour que même Lénine parle de lui sur son lit de mort ? Qu’avait-il en lui pour rencontrer des êtres de violence et faire alliance avec eux ? Qu’avait-il ce petit homme pour être devenu une créature nouvelle, pour avoir retrouvé l’harmonie de la création avant la chute ? Quel est le secret de François qui a retrouvé « l’état d’innocence »(St Bonaventure)

Nous fêtons les cinq ans de la grande encyclique du Pape sur l’écologie Laudato Si’. Le fil rouge de l’encyclique est François d’Assise. Le pape dira au début : « Je ne veux pas poursuivre cette encyclique sans recourir à un beau modèle capable de nous motiver. J’ai pris son nom comme guide et inspiration au moment de mon élection…Je crois qu François est l’exemple par excellence de la protection de ce qui est faible et d’une écologie intégrale, vécue avec joie et authenticité. » (N 10) Et il y a 800 ans que François a vécu ! Regardons ce « grand témoin qui pendant sa vie consolida la Maison de Dieu » (Ben Sirac le sage)

En la fête du passage de ce grand témoin qui est devenu le patron de l’écologie regardons ce qui fut la trame de sa vie. Quel est le cœur de ce « pèlerin qui vivait avec simplicité et dans une merveilleuse harmonie avec Dieu, avec les autres, avec la nature et avec lui-même. » ? (Laudato SI’ 10) L’Evangile de ce jour nous donne dans la prière de Jésus une réponse : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits. »(Mt XI 25)

Oui François est arrivé à être tout petit devant Dieu et devant les hommes. Il s’est laissé complètement « re-construire, re-naître » Et cela n’a pas été facile pour un tempérament comme le sien. Cette renaissance a pris du temps. Il lui a fallu quitter beaucoup de choses : son milieu, ses rêves de gloire, ses frères et même sa terre. Mais Dieu était là, lentement il a tissé sa toile avec des fils d’amour. Et François s’est laissé faire. Rien n’a été cassé, tout a été restauré, transformé. Ses rêves de gloire ont été absorbé par la gloire de Dieu. Le « miles » est devenu « humiles » L’humilité vient de humus, terre. François a pris radicalement le chemin de Jésus qui se disait « doux et humble de cœur » (Mt XI 29)

Cette humilité va conduire François à devenir le témoin fasciné et fascinant de l’amour de Jésus.  Cet amour, il va le crier, le chanter, le pleurer, le danser. Il se laisse parfois aller dans une sorte d’ébriété divine. Il n’a alors pas assez de mots pour chanter son Seigneur. Son amour sera spontané, sensible, tendre et fou. Il ne se laisse enfermé dans aucune formule ou explication. Cet amour là donnera à François la force de rencontrer les êtres les plus abîmés, les plus violents, les plus détruits. Il leur apportera l’infinie compassion de Dieu.

Quel chemin entre François, qui dans le magasin de son père considérait tout sous l’angle de la valeur marchande, et François réconcilié qui s’est laissé remodelé par Dieu pour retrouver en lui la création première. Ainsi, avec le regard émerveillé de l’enfant, François redécouvre la splendeur du soleil, l’éclat des étoiles, le murmure de l’eau, l’impétuosité du feu et l’humilité de la terre. » Le Pape François dira dans son encyclique : « Comme êtres humains, nous sommes tous unis comme des frères et des sœurs dans un merveilleux pèlerinage, entrelacés par l’amour que Dieu porte à chacune des ses créatures et qui nous unit aussi, avec une tendre affection, à frère soleil, à sœur lune, à sœur rivière et à mère terre. »(Laudato Si’92)

Mais le secret de François n’est- il pas de poursuivre la trace de son Bien-Aimé dans toute sa création. Son biographe Célano dira « Il savait dans une belle chose, contempler le Très Beau. » (II C 165) En écho le Pape dira : « Saint François, fidèle à l’Ecriture, nous propose de reconnaître dans la nature un splendide livre dans lequel Dieu nous parle et nous révèle quelque chose de sa beauté et de sa bonté. » (Laudato Si’ 12)
Contempler la beauté et la bonté de Dieu dans la nature est peut-être la plus grande conversion que nous avons à faire aujourd’hui !

Un saint ne s’imite pas mais il doit nous enflammer !

Partager sur

Gardien de la fraternité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.