Homélie du jour de Noël année C 2018

Homélie du jour de Noël année C 2018

Homélie du jour de Noël année C 2018

Après avoir médité cette nuit, le récit de la naissance du Christ dans l’Évangile de Luc, ce matin l’Évangile de saint Jean qui nous est lu semble plus tassé et moins descriptif. Il nous plonge dans le mystère de Dieu qui se donne aux Hommes et le mystère de l’Homme qui accueille Dieu.
Déjà hier à la fin du récit évangélique, saint Luc nous a démontré que l’enfant dans la crèche c’était le Christ, notre Seigneur et notre sauveur.

Pour cette messe du jour, quelle leçon pourront nous tirer ?

En reliant la venue de Jésus au premier chapitre de la Genèse: « au commencement… », Jean relit Jésus à partir du commencement de la révélation. Il le considère comme l’aboutissement de toute révélation, le révélateur suprême, le don ultime de Dieu, le seul chemin possible du salut et surtout le visage de Dieu parmi les Hommes: « le Père est en Moi et Moi dans le Père »
Le Christ n’est donc pas de l’ordre du créé mais plutôt de l’engendré. Quand ont commencé à exister toutes choses, il existait déjà hors du temps, dans l’éternité.

La référence à la nature du Verbe, les trois textes de ce jour nous donnent une description parfaite. La lettre aux Hébreux nous dit que le Christ est « l’expression parfaite » c’est-à-dire la relation qui existe entre l’empreinte et son original. Une relation ici qui est unique et qui exprime bien le fait que Jésus qui est né est bien le Fils de Dieu.
Isaïe parlera plutôt du Christ en terme pratique comme « porteur de paix et de salut « pour les hommes. Une nécessité aujourd’hui face à un monde de violence qui se perd chaque jour dans les mondanités. Cette image correspond bien au Christ qui s’est manifesté parmi nous, témoignant de l’amour de Dieu. Il est venu pour « renverser les puissants de leur trône et élevé les humbles » et donner au monde la vraie paix, celle qui vient de Dieu.
L’Évangéliste Jean représentera lui le Christ comme la « Lumière du monde ». L’enfant Jésus en venant dans ce monde nous apporte la lumière. Que connaissons-nous de la Lumière…juste une pâle copie de ce qu’elle est réellement. En réalité, la lumière qu’est le Christ vient de Dieu, elle est de Dieu et en Dieu. C’est une réalité assez profonde et assez forte que juste le fait pour Moïse de se présenter devant elle, qu’il était forcé de se couvrir le visage.

Le Verbe, c’est aussi cette lumière intérieure en nous qui a le pouvoir de faire du sens, de donner à chacun la compréhension de soi. Comme dans le livre de la Genèse, en ce jour de Noël, Jean nous fait comprendre que l’origine de toute chose est en Dieu. Le Christ n’est pas arrivé pour la première fois à Noël en Judée il y a deux mille ans mais était présent depuis toute éternité. Le christ est le Verbe, la Parole de Dieu, il est Dieu: « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. »
ET ce Dieu, l’Évangile précise qu’il est venu chez les siens et que les siens ne l’ont pas reçu. C’est là toute l’histoire de notre condition pécheresse. Mais de même qu’on ne peut pas empêcher la lumière de nous éclairer, ainsi la lumière de Dieu peut passer à travers notre histoire; elle peut forcer les ténèbres de nos vies à devenir éclat radieux de Dieu. Et les ténèbres dont il s’agit ici c’est tout ce qui s’oppose à la lumière, le monde dominé par le mal et opposé à la révélation du Verbe. Cette lumière réchauffe qui en a besoin et vivifie qui lui ouvre son cœur.

Voilà le miracle de Noël quand nous accueillons Jésus, le Verbe de Dieu et la lumière du monde en nous. Quand notre cœur devient la crèche du petit Jésus.
Jean dans son prologue ne recherche qu’une chose. Faire naître le Christ en nous; nous faire renaitre de nouveau, synonyme de conversion et de baptême. Tel est bien la naissance à désirer et à accueillir aujourd’hui. Sinon à quoi servirait-il au Christ d’être venu dans le monde il y a deux mille ans s’il ne nait pas dans ton cœur?

Être Chrétien, c’est croire que notre Dieu demeure éternellement parmi nous.
Le Christ est né pour que nous accueillions aujourd’hui la vie divine qui germera en nous en joie éternelle.
Nous sommes aujourd’hui à Noël dans la contemplation d’un si grand mystère. Dieu se révèle et nous attend à sa crèche. Il nous accueille et veut demeurer au milieu de nous. Sauront nous reconnaitre son visage?
Bon Noël à tous

Partager sur

Je suis originaire du Togo et franciscain. En communauté j’ai la charge de l’animation des jeunes et de la communication. Je suis aumônier des gens du voyage dans le diocèse de Besançon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.